Auteurs

Auteurs

Récréations

Jean-Marie Sztalryd

Texte édité par Augustin Langlade

[Lire un extrait]

J’ai écrit ces textes au cours des années 90 à 2000 pendant les récréations, ces moments de pause ponctuant les périodes de travail.
Ils sont classés dans cinq rubriques en écho à un surnom de mon enfance : Jean qui rit, Jean qui pleure.
Entre fantaisie et sérieux de l’enfance, j’évoque le temps réfléchi d’événements quotidiens qui m’ont touché.

Jean-Marie Sztalryd travaille comme psychologue clinicien et psychanalyste. Il a publié de nombreux articles. Récréations
est son premier recueil de poèmes.

Papier : 18.90 €

Chez votre libraire, ou sur Amazon

Roman d’amour avec scènes de sexe explicites

Gilles D. Perez

Texte édité par Robert Airelle

⌈Lire un chapitre⌋

 

« Elle m’avait serré contre elle, sa joue posée contre la mienne en une sorte de lente caresse, sa bouche tout près de ma bouche, tandis que ses hanches frôlaient mon bassin. Elle avait tourné un peu la tête puis elle m’avait embrassé à la commissure des lèvres. Ensuite elle s’était détachée… »

C’est une histoire d’amour ! Vraiment, avec un début et une fin, comme tous les voyages en train ; et entre la peau du début et l’os de la fin, c’est un livre de chair, pas du tout triste.

Qui doutera encore, une fois ce roman lu et refermé, de cette affirmation de Spinoza : « le désir est l’essence de l’homme » ?  Y sont écrites cette force qui de deux personnes semble n’en faire qu’une — scènes de sexe explicites — et cette confiance amoureuse qui libère et conduit à ces gestes, à ces actes — faire l’amour — si exquis.

On salive, pour le riz aux aubergines aussi. Mais toujours quelque chose vient troubler la fête.

Il y a des romans ferroviaires, comme il y eut des romans par lettres. Transports des sens !

Dans le TGV final : scènes de sexe — avec amour implicite ?

Gilles D. Perez est né en 1965 à Casablanca. Agrégé de philosophie, il a enseigné en France et à l’étranger. Il a vécu et écrit à Paris, Sofia, Madrid, Buenos Aires. Roman d’amour avec scènes de sexe explicites est son sixième roman.

Papier : 16,00 € Numérique : 9,99 €

Chez votre libraire, ou sur Amazon

 

Rentrer à la nage

Rolf Lappert

Traduction de Henri Christophe, texte édité par Arlette Stroumza

⌈Lire un chapitre⌋

Wilbur n’est pas content et il tient à le faire savoir, et sans doute à le rester : chaque fois que les choses s’arrangent, il se débrouille pour tout faire foirer. C’est que la vie a une dette envers lui : sa mère meurt à la naissance, son père l’abandonne.

Qu’est-ce qui fait pourtant que ce héros grognon trouve partout et toujours quelqu’un pour l’aimer ? Des camarades, des enseignants, des directeurs d’institution. Et des femmes surtout, toutes les femmes, des grands-mères, des institutrices et des maîtresses, des fausses mères même.

C’est que Wilbur est si petit, si fragile, et si bon, même s’il s’en défend bec et ongles.

Entre geste picaresque et road movie, Rentrer à la nage nous balade, de l’Irlande à New York, en passant par la Suède, sans compter le Nicaragua, la Bolivie, tous les pays rêvés avec Conor, l’ami fidèle, qui, pourtant, tue indirectement la grand-mère. Car la seule chose qui puisse empêcher les gens de faire du bien à Wilbur, ce sont leurs propres névroses.

Le spectacle que nous donne Lappert, avec une neutralité qui est la forme la plus élégante de la tendresse, est un tour de passe-passe : tous ces personnages, toutes ces histoires s’emboîtent comme des poupées russes, et chaque fois qu’on découvre quelqu’un c’est une nouvelle histoire qui commence. Mais quand on arrive à la dernière poupée, c’est une douleur que l’on trouve, de celles justement qui sont dures, indurées, et qui ne s’ouvrent pas.

Partez loin avec ce livre, loin dans le monde, loin dans les cœurs. Pas d’inquiétude, laissez-vous porter : vous rentrerez à la nage.

Né en 1958 en Suisse où il vit après avoir passé de nombreuses années en Allemagne, en France, aux Etats-Unis, en Irlande, Rolf Lappert est l’auteur de huit romans. Rentrer à la nage, finaliste du Deutscher Buchpreis en 2008, a obtenu la même année le Schweizer Buchpreis.

Papier : 27,00 € Numérique : 9,99 €

Chez votre libraire, ou à la Fnacou sur Amazon

Vacance

Jean-Michel Platier

Texte édité par Jean Roccia

[Lire un chapitre]

Quatre dates, de 1943 à 2014, comme quatre signets dans le roman national.

Deux femmes qui traversent le Jura à pied, un gamin qui se libère grâce à l’école, un autre qui échappe à une maladie aussi cruelle qu’inconnue, des braves gens qui partent en vacances : quatre histoires simples, mais qui se déroulent à des moments de bascule de l’histoire de France : la bataille de Stalingrad, la fin de la guerre d’Algérie, le début de la crise économique, la fin des illusions de la gauche au pouvoir.

Et toujours les mêmes questions : que savons-nous de nous et des autres, comment survivre dans cette violence qui nous hante, dans celle que nous inflige ce monde absurde?

Pour commencer, se souvenir des belles choses : la marche qui porte nos corps vers de nouveaux ailleurs, l’espoir qui toujours porte nos âmes. Les petits soldats de l’enfance, le rire des femmes sur le chemin, le plaisir de faire la route ensemble. Et par dessus tout, Homère, qui nous chante le destin de l’homme et sait nous le rendre supportable.

Des histoires qui se répondent, s’entrelacent ou s’ignorent, et qui finissent par nous dire, à petits pas, ce que nous sommes : c’est bien d’une odyssée moderne qu’il s’agit ici.

Poète, éditeur, Jean-Michel Platier a écrit ces quatre textes dans l’urgence, par besoin. Puis il s’est rendu compte qu’assemblés, ils formaient une histoire. La sienne, peut-être. Assurément, la nôtre.

 Jean-Michel Platier a fondé en 1995 les éditions Bérénice, où il a publié de très nombreux poètes contemporains. Vacance est son premier roman.

Papier : 19.90 € Numérique : 9,99 €

Chez votre libraire, ou sur le site de la Fnac, ou d’Amazon…

Trouver l’aiguille

Hélène Bruntz

Texte édité par Yveline Lévy-Piarroux

[Lire un chapitre]

Peu d’hommes près de ces femmes… Ils font la guerre, ou ils sont malades, ou ils abandonnent leurs enfants. Des filles. Des filles sans père, mais avec des grands-mères, des belles-mères, des mères… et des filles elles aussi. Qui est qui dans les petits arrangements du quotidien ? Qui élève, qui aime, qui nourrit ?

Nulle n’est à l’exacte place que l’état-civil lui a assignée. Certaines histoires sont plus floues que d’autres : c’est la vraie vie, où les décisions personnelles s’entremêlent à la grande histoire, aux héritages sociaux.

Comment rendre, alors, la dureté des jours, les joies parfois du voyage, les travaux pénibles, l’amour aussi, et les rancoeurs, les incompréhensions de cet univers féminin malgré lui ?

Il faut patiemment découdre ces vies de femmes, sur cinq générations, pour découvrir les secrets qui les ont façonnées. Elles n’ont pas pris le temps d’y penser, sauf Violette, qui essaie de démêler les fils. Encore faut-il trouver l’aiguille.

 

Hélène Bruntz écrit depuis toujours. Trouver l’aiguille est le premier roman qu’elle publie.

Papier : 19.20 € Numérique : 9,99 €

Chez votre libraire, ou sur le site de la Fnac, ou d’Amazon

La traversée des regards

Gabriel Meshkinfam

Texte édité par Augustin Anglade

[Lire un chapitre]

La Traversée des regards est un ouvrage singulier, ou plutôt pluriel, puisque s’y mêlent et s’y entrechoquent les mots d’un jeune homme et de ses vingt-et-un amis.

Il y a d’abord l’idée enluminée d’un voyage, d’une grande traversée. Pensé es intempestives, imprévus, prises de conscience, de position… Tout se bouscule, tout bascule. Mais on ne choisit pas encore la destination. On attend, on se contemple dans le miroir brisé du navire. Ce sont les Irréflexions de Narcisse.

Et Pourtant : on ne peut subir son voyage en solitaire, il faut embarquer ses amis. Les marins sont à l’appel, on crie, on se remue, on finit par se dire ses quatre vérités. Et la voile enfin se gonfle : vingt-et-une personnes, vingt-et-un styles pour écrire le voyage.

Et vient la traversée, la vraie, dans le troisième et dernier volet du triptyque. L’espace est là, il suffit de le cueillir, et l’on cesse d’errer à la recherche d’un sens. C’est La Vie inerrante, où le moi peut se fondre, enfin, dans le dé cor. Le poème s’est ouvert. Il vient de rencontrer son auteur.

Gabriel Meshkinfam écrit depuis longtemps, mais c’est la première fois qu’il embarque sur un livre, grâce à l’aide attentive de ses amis. Qu’aurait fait Ulysse, sans ses compagnons ?

Papier : 16,00 € Numérique : 9,99 €

Chez votre libraire, ou à la Fnac, ou sur Amazon

2922 jours

Eduardo Jozami

Texte édité par Annie Escoda et Carlos Schmerkin

⌈Lire un chapitre⌋

 

…soit plus de huit ans dans les prisons de la dictature argentine. Qu’est-ce qui peut pousser Eduardo Jozami, trente-cinq ans après, à répéter ici ce qu’il a dit aux juges argentins chargés du procès de ses tortionnaires?
Une promesse. « Depuis mon premier jour de détention, j’ai su que ce texte serait écrit. Je puis dire, sans exagérer, que je vivais tout ce qui m’arrivait comme un élément d’un futur livre que cependant j’avais, au début, du mal à imaginer. » La littérature, parfois seulement, nous sauve, et Eduardo Jozami se devait, par fidélité à cette promesse de livre qui l’a maintenu en vie pendant 8 ans, de lui donner vie à son tour.
« 2922 jours » est le voyage intérieur d’un enfermé. La description clinique, sans pathos ni complaisance, de ce qui se passe dans la tête de ceux qui, hier comme aujourd’hui, doivent vivre sous la menace quotidienne de l’assassinat, et pire encore, de la disparition.
La littérature, parfois, nous sauve, mais elle survit, toujours, à l’horreur.

Écrivain, homme politique, universitaire, journaliste, militant du mouvement des Droits de l’Homme, Eduardo Jozami a été détenu en Argentine pendant toute la dictature civile et militaire.
2922 dias, Memorias de un preso de la dictadura a été publié en 2014 aux éditions Sudamericana à Buenos Aires.

Papier : 18,90 € Numérique : 9,99 €

Chez votre libraire, ou à la Fnac … ou sur Amazon

Le capitalisme est-il la fin de l’histoire?

Édith Fuchs, Christian Houzel, Robert Lévy, Justine Malle, Christiane Ménasseyre, Anne Raymond, Hélène Raymond-Feingold, Philippe Renou, Xavier F. Renou, Hadi Rizk, Antoine Roullé, Jean-Jacques Szczeciniarz, André Tosel, Martine Verlhac

Texte édité par Robert Lévy et Xavier F. Renou

⌈Lire un chapitre⌋

Comment sortir du désespoir de masse ?

Depuis la fin de la guerre froide, le capitalisme est partout, avec ses gagnants et ses perdants (parfois les gagnants d’hier), avec sa violence essentielle, ses ravages sociaux et ses destructions des fragiles équilibres écologiques. Mais est-ce pour toujours ?

Pour en contester la légitimité il faut d’abord le penser, s’il est vrai que sa puissance repose d’abord sur le consentement que des milliards d’humains lui accordent.

Que l’on veuille le réguler ou en sortir, quelle place donner à l’économie de marché ? Et dans celle-ci quelle place aux pratiques anciennes ou nouvelles de solidarité, depuis le patrimoine restant de solidarité ouvrière jusqu’aux formes diverses d’économie sociale et solidaire, depuis le retour à une agriculture émancipée du productivisme jusqu’aux innovations technologiques prometteuses ?

S’il y a toujours un peuple de Gauche, cette Gauche, qui rêve d’unité et crève de ses divisions, doit regarder en face au moins quatre de ses croix : le bilan du soviétisme (à distance du déni-exécration et de la nostalgie crispée) ; la question du nucléaire (et d’une politique énergétique ouverte aux énergies nouvelles) ; l’Europe (potentiel lieu de souveraineté enfin adéquat pour faire antidote aux souverainismes et au social-libéralisme) ; la laïcité (principes communs assurés et libres désaccords).

Il ne s’agit pas là de la dernière analyse prétendant dévoiler la vérité, mais d’un appel au travail, c’est-à-dire à la confrontation des raisons.

Pour faire renaître l’esprit des Lumières. Et redonner corps à l’espoir.

Philosophes ou intellectuels de diverses spécialités, les auteurs se sont retrouvés dans la conviction que face à la dureté de l’état du monde et aux divisions visibles ou cachées qui grèvent les forces de Gauche, il importe de joindre présence dans les luttes et détours théoriques, de mettre de la théorie dans les luttes pour les faire gagner en justesse et en efficacité. Et ils engagent ici les premiers pas de cette entreprise.

 Papier : 18 € – numérique : 9,99 €. Chez votre libraire, ou à la Fnac  … ou sur Amazon

Cette infortune

Maxime Cochard

texte édité par Michel Rousseau

⌈Lire un chapitre⌋

C’est urgent, il faut quitter Roche-Rousse, son avenue du 18-Juin, ses loubards qui tiennent les murs, ses parents trop attentionnés.

Bien, mais comment ? Quand on est jeune, séduisant et qu’on préfère les garçons, il y a d’abord Internet, et tous les HotLover914, un peu vieux, un peu timides, qui s’offrent à vous aider.

Alors c’est Paris, ses belles avenues, la grande vie, les galeries du Marais. Mais on a beau se donner, il faut aller toujours plus haut, vers les sommets et leurs promesses d’argent et de pouvoir.

Et dans les virages de cette course surgissent Lila, les étudiants croisés un soir d’Opéra, le petit frère qu’on a abandonné, et cette soif de justice qui grandit…

Maxime Cochard a 32 ans. Militant politique, il a travaillé pendant six ans à l’Assemblée Nationale.

« Cette infortune » est son premier roman. 

Papier : 18,90 € Numérique : 9,99 €

Chez votre libraire, ou à la Fnac… ou sur Amazon

La vie des Glouk

Nelly Wolf

Texte édité par Jean Michel Ollé

⌈Lire un chapitre⌋

Les juifs ne sont plus à la mode, déplore Victor à une réunion des Ashkénazes Anonymes. Qu’est-ce qu’on va devenir, se demande Ety, si seules demeurent quelques familles minuscules, où on trouve malgré tout le moyen de se déchirer ?
Qu’est-ce qu’on va transmettre, si les rescapés ne veulent pas parler, si tout le monde s’en moque, ou répond à notre place ?
Nelly Wolf est universitaire, elle aurait pu se lancer dans une somme académique sur l’identité des intellectuels juifs français de 1990 à nos jours. Ou sombrer dans la « mélancolie de l’ashkénaze triste à famille merdique ».
Mais il se trouve qu’elle sait écrire, et merveilleusement bien. Spécialiste du roman moderne, elle a choisi sa forme ultime, la série, avec ses repères, Victor, Ety, les enfants, ses personnages secondaires, ses silhouettes de passage.
La chronique est juste parce que drôle. C’est que la chroniqueuse a l’œil perçant, la dent dure, et le cœur plein d’une tendresse désabusée pour les hommes et les femmes comme ils vont.
Goys s’abstenir ? Non. Car, affirme Nelly Wolf, « Les Glouk sont des juifs comme vous et moi ».

Nelly Wolf est professeur de littérature française à l’Université de Lille. Elle a publié de nombreux articles et essais sur le roman français des XIXè et XXè siècles.
La Vie des Glouk est son deuxième roman.

Papier : 19,90 € Numérique : 9,99 €

Chez votre libraire, ou à la Fnac … ou sur Amazon