Auteurs

Auteurs

Métalepse

Xavier Coton

Texte édité par Jean Michel Ollé

[Lire un extrait]

Écrivain prolifique bien que refusé par les éditeurs, Patrick Simonin ne désespère pas de se faire connaître et de durer. Si ce n’est la plume, ce sera le couteau : « J’en ai tué à Phuket, à Pattaya. J’en ai tué à Chiang Maï et à Udon Thani. »

On sait depuis longtemps inventer des crimes assez abjects pour retenir l’attention des lecteurs. Mais quel meilleur moyen de fasciner le public que les commettre avant de les raconter ? À grands coups de métalepse, Patrick Simonin traverse le miroir, aller-retour : il tue pour écrire, et écrit qu’il tue.

La littérature n’a jamais tué personne, mais elle peut être meurtrière. Métalepse étanche la soif du mal qui nous assèche. Si ce livre vous met mal à l’aise, c’est un juste retour des choses. Car si vous ne lisiez pas, Patrick Simonin ne tuerait pas.

Xavier Coton est photographe depuis une quarantaine d’années. Voyageur, il écrit ses romans durant ses déplacements. Métalepse est son troisième ouvrage.

Papier : 2490 € 

Disponible chez votre libraire, ou sur les librairies en ligne

Epargnez-nous les démonstrations !

Didier Nordon

Texte édité par Jean Michel Ollé

[Lire un extrait]

Le goût de la formule peut mener aux mathématiques : Didier Nordon les a longtemps enseignées. Il peut aussi mener
à écrire des aphorismes qui n’ont rien à voir avec elles : c’est ce que démontre ce recueil.

Didier Nordon est également auteur d’essais, de fictions, de chroniques. www.didiernordon.org

Papier : 15,90 € 

Disponible chez votre libraire, ou sur les librairies en ligne

Contrecoups

Nic Diament

Texte édité par Marie Lallouet

[Lire un extrait]

Elles sont trois. Cécile, la mère, généraliste, vaillante, engagée. Parfaite, probablement. Zoé, sa fille aînée, discrète, attentive, pacifique. Émilie, la cadette, brillante, belle et coléreuse. Jadis il y eut un divorce âcre mais c’est oublié, n’en parlons plus.
Eau qui dort, le présent sans histoire des trois femmes va pourtant se troubler. Comme souvent, c’est Émilie qui lancera le premier caillou et l’inimaginable tempête qu’il déchaîne remet soudain en jeu tout ce que Cécile croyait acquis. Un roman à trois voix plus désaccordées que prévu.

Chartiste, franco-danoise, Nic Diament a exercé le métier de bibliothécaire notamment à la BPI du centre Pompidou et à la direction de La Joie par les livres, futur Centre national de la littérature pour la jeunesse (BnF).
Elle a publié un
Dictionnaire des écrivains français pour la jeunesse (École des loisirs, Paris, 1993) qui fait autorité.
Son premier roman,
Un seul être, a paru en 2020 chez le même éditeur. L’auscultation des présents sereins qui
déraillent va devenir sa spécialité…

Papier : 21,90 € 

Disponible chez votre libraire, ou sur les librairies en ligne

Dix d’épées

Dominique Picard

Texte édité par Jean Michel Ollé

[Lire un extrait]

Justine ne parle pas, elle court. Dans le petit village où elle a échoué avec Christian, tout le monde sait cela, et s’en accommode plus ou moins, c’est selon. D’ailleurs, à Nauville, près de M., dans l’est de la France, du moins on le devine, la vie du village s’est un peu fracassée, une histoire d’association et de politique locale. Alors on ne parle plus trop non plus.
Il faudra une mort brutale et inattendue, comme le prédit l’arcane Dix d’épées du tarot, pour que les bouches se rouvrent, à l’initiative d’un localier intrigué qui trouvait que « le village ne se réveillait pas de l’hiver comme d’habitude ».
Un texte étrange, entre document et fiction mais ni l’un ni l’autre, tout en silences, associations, retours en arrière, la petite musique d’une basse continue qui nous dit la solitude, la difficulté à communiquer : un texte écrit comme on pense quand on court.

Dominique Picard est une mathématicienne française spécialiste de statistique mathématique.

Papier : 16,90 € 

Disponible chez votre libraire, ou sur les librairies en ligne

D’Est en Est

Joëlle Lasserre

Texte édité par Evelyn Apaire van Gelder

[Lire un extrait]

Michel Serres disait souvent qu’au fond, on n’écrit que sur sa famille. C’est vrai pour Joëlle Lasserre, qui, il y a quelques années, a commencé à s’intéresser à l’histoire des siens. Et voici qu’au hasard de ses recherches, elle apprend qu’un de ses grands-oncles a fait le travail et décrit l’étrange aventure qui vit une famille de juifs alsaciens s’installer aux Philippines à la fin du dix-neuvième siècle.

« Cette histoire de l’ascension d’une famille pauvre à une plus que confortable bourgeoisie qui a, crapulerie mise à part, quelque chose d’un roman picaresque, est vraie de bout en bout et révélatrice de ce que peut l’alliance de la nécessité, de l’audace et de la ténacité.», dit-elle.

C’est vrai qu’il y a du Lazarillo de Tormes chez Raphaël et Charles, les fondateurs de la geste des Lévy-Hermanos, mais on pense souvent aux Valeureux d’Albert Cohen.

Joëlle Lasserre est interprète de conférence. Née à Paris, elle a vécu pour des raisons d’études, de travail et de vie privée, dans différents pays avant de revenir Paris. Dans chacun de ces pays elle a planté puis arraché des racines, ce  qui peut rappeler certains de ses personnages.

Papier : 21,90 € 

Disponible chez votre libraire, ou sur les librairies en ligne

L’enfant du cinquante-sept

Hélène Bruntz

Texte édité par Jean Michel Ollé

[Lire un extrait]

De son enfance, Hélène Bruntz ne gardait que des souvenirs de ses disparus et des albums photos dans des tiroirs fermés. L’immeuble où elle avait grandi avait été rasé depuis longtemps, il n’en subsistait qu’une adresse, le cinquante-sept de la rue de Flandre, qui abritait désormais un jardin partagé entre des tours d’immeubles.

C’était méconnaître son imagination. Voici que sous sa plume, les photos ont pris vie et sens ; la petite fille qui n’était pas dans l’album des parents jeunes mariés a surgi sous les traits d’une gamine juive habitant l’immeuble sous l’Occupation et qui s’en échappera, un album sous le bras, après l’arrestation de ses parents.

Plus qu’un roman, ce livre est une leçon. Comment faire revivre ici-bas ceux qui sont partis ? Par la littérature, pardi.

Ce quatrième roman d’Hélène Bruntz rend hommage à son père,  pièce manquante du puzzle décrit dans Trouver l’aiguille.

Papier : 19,90 € 

Disponible chez votre libraire, ou sur les librairies en ligne

Chorale

Xavier Cucuel

Texte édité par Jean Michel Ollé

[Lire un extrait]

Qui n’a jamais rêvé de chanter dans une chorale ? Quoi de plus tentant que d’apporter son petit talent pour ensemble produire de la beauté ?

Ils sont comme ils sont, huissier ou médecin, chanteuse de rue ou de gospel, psychiatre ou publiciste, ils ont des conjoints, des enfants, ou pas, mais chaque mardi, ils quittent leur costume pour venir pousser la chansonnette, sous la baguette de Jean-Philippe, prêtre et rocker.

Puis, un jour, l’une des voix disparaît, et c’est tout le groupe qui commence à dissoner.

Entre symphonie et playlist, Xavier Cucuel revisite le répertoire pop des années soixante-dix pour suivre et dire le destin de ses personnages.

À chacun sa chanson, comme dans la vie, mais c’est tellement bien quand tout finit en choral.

Documentariste, scénariste de BD et producteur, Xavier Cucuel a voulu mettre en histoire les chansons qu’il aime.

418 pages,  23,90 € 

Disponible chez votre libraire, ou sur Amazon ou à la Fnac

L’Olifant

Philippe Péan

[Lire un extrait]

Ce monde réserve parfois des surprises. Marianne suit sa vie tranquille de petite main d’un tueur à gages, et voici que la disparition brutale de son employeur l’oblige à reprendre le collier à sa place.
Disons les choses, Marianne (alias Marie, alias…) s’installe avec facilité dans son nouveau rôle. Il faut dire qu’elle est déterminée et se découvre capable d’assurer dans les coups les plus tordus : après tout, supprimer des espions, des truands, voire des hommes d’État n’est pas plus difficile qu’autre chose, à condition de bien se préparer et de compenser ses scrupules de tueuse par un boulot de bon Samaritain et, bien sûr, de suivre son destin.
Un triller intrépide, dans la lignée des polars à la française, avec ce qu’il faut d’action, de sang, d’amour…et un olifant.

L’auteur, après avoir été constructeur, maire et navigateur, a entamé une carrière d’écrivain sur le tard. L’Olifant est son sixième livre, dont deux biographies, un récit et deux romans.

Papier : 24,90 € 

Disponible chez votre libraire, ou sur les librairies en ligne

Manifeste pour le renouveau de la santé

Édouard Couty, Philippe Renou

[Lire un extrait]

Le Manifesto italien, ancêtre du manifeste, est une déclaration solennelle par laquelle un groupe veut émettre et diffuser ses convictions profondes en vue d’un programme d’action fort, durable et salvateur ! Le Manifeste pour le renouveau de la santé, écrit à deux mains amies, celle d’un directeur et d’un praticien, veut proclamer avec force que, dans nos démocraties parlementaires avancées, qu’elles soient européennes ou autres, la santé doit impérativement associer « colloque singulier » « solidarité » et « innovation ».Il est urgent de faire comprendre que « l’hôpital-entreprise » nous conduit dans le mur, qu’il faut laisser les chercheurs, chercher, les soignants, soigner, en toute indépendance et les politiques, organiser le bien commun. Si la concurrence prend la place de la coopération, si les intérêts particuliers et la seule recherche de la rentabilité financière prennent le pas sur la finalité première d’assurer une bonne santé à tous les citoyens, on peut être certain que les inégalités sociales et territoriales vont s’accentuer. Il est grand temps de prendre en compte la réalité sanitaire mondiale, c’est-à-dire les besoins vitaux qui permettent à chacun de réaliser un projet de vie, ce qui implique de sortir d’une marchandisation exclusive inadaptée car trop inégalitaire. Refondation du service public hospitalier, renforcement de l’Assurance Maladie, Santé Publique reconsidérée, Handicap reconnu dans la cité, médecine générale réinvestie, autonomie réaffirmée des structures sanitaires publiques et privées, tels sont les thèmes urgents que nous proposons aux citoyens qui, de la naissance à la mort, méritent le renouveau de la santé.

Édouard Couty, conseiller maître honoraire à la Cour des Comptes, directeur d’Hôpital, conseiller au cabinet de Claude Evin, ministre de la Santé 1988/2004, ancien président de la conférence des directeurs généraux des CHU, ancien directeur de l’Hospitalisation et de l’offre de soins au ministère de la santé 1997/2004.

Philippe Renou, ancien chef du département de Médecine Interne et oncohématologie du CH du Mans, 1996/2005 ; ancien secrétaire du GERHNU 1991/2000 (Groupe d’études et de Réflexion des Hôpitaux non universitaires) ; conseiller au cabinet de Bernard Kouchner, ministre de la Santé et de l’action Humanitaire,1992/1993.


Papier : 21,90 € 

Disponible chez votre libraire, ou sur les librairies en ligne

Imagine !

Andréa Goust

Texte édité par Jean Michel Ollé

[Lire un extrait]

La mort… même pas peur… Ou comment passer du tourment du néant à la réconfortante conscience du lien avec
tout… et en chansons ! En visitant les apports de la physique quantique, j’ai trouvé le calme et la conviction que tout est connecté et interagit : je ne suis pas un atome isolé et solitaire, je suis une partie de l’univers. Si les électrons sont des petites planètes, alors nous sommes des soleils.
« Non, Jeff, t’es pas tout seul… » Cette chanson vous réconforte ? Cherchez… il y en a plein d’autres et si nous prenons la peine de bien écouter les mots et entrer dans l’harmonie de la musique, alors, là, vraiment, nous nous sentirons ensemble.


Andréa Goust chante. Curieuse et éclectique, elle raffole autant de Jacques Offenbach que de Michel Sardou, d’André Messager que de Jacques Brel, d’Alain Souchon que de Hildegarde de Bingen. Elle monte des spectacles, écrit des chansons et organise des stages thématiques.
Quand il lui reste du temps, elle écrit.

Regarder son interview

Papier : 16,90 € 

Disponible chez votre libraire, ou sur les librairies en ligne